En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > LITTÉRATURE > Romans et Nouvelles > Littérature francophone > Contemporains > J'ai vu mourir l'innocence
THÈMES

Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

ebooks en anglais english

J'ai vu mourir l'innocence

Renaud Erlich

Myriel
Format: ePub sans DRM

Lire un extrait    

Prix :
6,99

Ajouter au panier
Tugdual, jeune diplômé, décide de partir fêter sa nomination à un poste prestigieux en Corse. Il y a avec lui Roxanne, sa petite amie. Le projet du couple est simple : ils ambitionnent de faire le tour du Cap Corse en Kayak. Pour lui, c’est un peu un rêve qui se réalise, là où Roxanne s’extasie littéralement de ces jours passés en présence de l’homme qu’elle aime. Mieux connaître la Corse est, pour elle, un moyen de découvrir l’endroit où Tugdual passait ses vacances d’enfant. Par ce voyage, le couple pense s’accomplir et se découvrir mutuellement l’un l’autre. Malheureusement, c’était mal connaître les cruautés du destin, car rien du paradis attendu ne se réalisera pour les deux amants.
Leur périple, c’est de la ville de Tomino qu’ils l’engagent. Le matin du départ, ils croisent un groupe d’amis avec qui ils avaient sympathisé plusieurs jours auparavant. Tous rient et s’amusent. On croirait ce petit monde voué à un bonheur éternel. La tragédie ne saurait concerner ces êtres lumineux, tous enfermés dans l’idée que, décidément, rien d’horrible ne pourrait les concerner.
Plus haut, dans les terres montagneuses de Corse, l’assassin n’avait pas beaucoup dormi la nuit précédente. Il n’en pouvait plus de vivre. Depuis plusieurs heures, il se demandait quoi faire, quoi espérer. Le hasard allait choisir pour lui, car ses victimes étaient parfaitement étrangères à sa vie avant qu’il n’aille les tuer. Lorsque les kayakistes prenaient l’eau, l’assassin se levait à peine. Le terrible destin était en marche.
Les témoins du carnage sont rares. Tugdual est de ceux-là et, quinze ans plus tard, il n’a rien oublié. Alors, pour vaincre ses remords, Tugdual décide de confesser sa terrible angoisse. J’ai vu mourir l’innocence est ainsi un exorcisme. C’est la longue confession d’une bien triste histoire.
Longue nouvelle contant l’inénarrable, interrogations sur ce qui aide un homme à survivre, J’ai vu mourir l’innocence dresse le terrifiant décor de l’enfer. La mort y attrape l’innocence avec une facilité qui, immanquablement, effrayera ses lecteurs. Ce sont nos fragilités que Renaud Erlich énumère ici.
J’ai vu mourir l’innocence est la troisième parution de Renaud Erlich aux éditions Myriel.

Ceux qui ont été intéressés par J'ai vu mourir l'innocence ont aussi consulté :